top of page

Hutte alchimique 15-16 Octobre 2022

311646677_602883471623062_3564685397693887582_n.jpg

Ce week-end le Cercle des 4 Vents a proposé un week-end placé sous le signe de la notion alchimique initiée par la Nature... car ce qu'on nomme ALCHIMIE correspond en réalité à un processus naturel de dynamique évolutive qui ne se trouve pas que dans les grimoires anciens, les alambics et les cornues !

Les cycles de transformation de la matière avec ses élaborations subtiles, ses fermentations, ses distillations et ses montées de sève sont inscrits dans le grand défi de l'existence. Tout ce que l'être humain traverse dans son expérience de l'incarnation correspond symboliquement aux transformations et transmutations de la vie organique subtile de la nature, avec laquelle notre vie intérieure peut faire écho.

J'ai donc saisi l'occasion de l'Automne, période où la nature semble incarner la manifestation du grand œuvre en amenant à maturation finale le cycle du vivant avec ses éclats d'or et de feu, pour inciter les participants à s'aligner à ce grand processus alchimique que couvent les bois et forêts.

Nous avons donc marché et communié avec le feu automnal pour nous préparer à la plongée finale dans l'athanor de la Hutte de sudation, qui a recueilli dans le creuset le plus intime de nos résonances intérieures nos alchimies, nos rêves, nos peurs, nos dépassements de nous-mêmes et nos transmutations.

Ce fût un travail individuel et collectif en même temps, imprégné par l'ambiance indispensable de douceur, d'empathie, de communion, se simplicité et de sincérité qui caractérise les week-ends du Cercle des 4 Vents.

Deux journées et une nuit riches, denses, passionnants aussi, avec des nouveaux visages, des éclats radieux dans tous les cœurs, du partage, et une nouvelle pierre blanche (Philosophale bien entendu) à placer sur le parcours de la Tribu des 4 Vents.

Il est flagrant qu'année après année nous avons gagné en maturité, profondeur et capacité à rayonner notre propre lumière depuis le centre invisible d'un haut idéal qui semble nous guider, au-delà de toutes nos différences, pour continuer à offrir cet espace bienfaisant, si propice à l'aventure intérieure en communion avec le collectif.

C'est un magnifique challenge et chaque fin de week-end semble témoigner de ce travail commun qui offre tant de fruits et de fleurs issus du cœur et de l'esprit, de l'audace du partage, du bonheur de se sentir vivant et vibrant, et du sentiment de faire partie de cette belle grande famille que constituera un jour l'humanité dans toute sa beauté et son authenticité !

La rencontre avec le « Mamo » Kogi Fernando, qui a clôturé de manière assez magique notre week-end, a été chargée de sens. Elle a permis de concrétiser le lien qui nous unit et nous relie à tous les peuples qui œuvrent pour l’amour de la Terre dans toutes ses dimensions.

La reliance ainsi créée ne fait que confirmer à quel point nous sommes tous membres d’une même grande famille, par-delà les kilomètres, les océans et les montagnes… Tous les mots du Mamo ont résonné pour nous tous, et les gardiens de la Terre de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie ont été aussi un peu l’espace de quelques heures les gardiens de la montagne du Luberon, en écho avec tout le travail que nous effectuons (et avec d’autres aussi sans doute) depuis des années maintenant dans ce vallon protégé.

La connexion désormais établie est un grand privilège, et nous gardons un souvenir vibrant et ému de cette magnifique rencontre qui résonne encore dans nos cœurs.

Wyngalian

DSC_0214.JPG
bottom of page